Un dépôt en partie recomposé : l’ensemble du quartier de Glaisette à Veynes (Hautes-Alpes)

En 1960, J. Vignard signalait dans les pages de correspondance du Bulletin de la Société préhistorique française1, que trois pendeloques conservées au Musée de Gap, et publiées quelques années auparavant par J.-C. Courtois avec des incertitudes quant à leur lieu de découverte2 (« Provenance incertaine : (Ribiers ?) »), appartenaient en réalité au dépôt du Quartier de la Glaisette, ou Glaizette, à Veynes dans les Hautes-Alpes. La découverte de cet ensemble, relatée par F. Vallentin en 1878 dans les Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’Homme, avait été effectuée l’année précédente, par des ouvriers, « sous un éboulis de gros blocs que l’on exploitait pour faire les enrochements de la digue du Buëch »3. Cette trouvaille comptait, selon ses dires, 5 boutons, 3 pendeloques et 5 anneaux, qui auraient été acquis par M. Jaubert. Comme l’a indiqué J. Vignard, les pendeloques lancéolées photographiées par J.-C. Courtois correspondent en effet sans aucun doute à celles décrites et dessinées par F. Vallentin (fig. 1). Cette précision n’a toutefois pas systématiquement été prise en compte, en particulier sur le lieu même de conservation de ces objets, où ils étaient, depuis les travaux de J.-C. Courtois, enregistrés comme provenant de Ribiers. Cette attribution se retrouve d’ailleurs dans le catalogue d’exposition du Musée4.

Pendeloques du dépôt de Quartier de Glaisette à Veynes (dessin F. Vallentin).

Fig. 1 : Pendeloques du dépôt de Quartier de Glaisette à Veynes (dessin F. Vallentin).

En complément à cette enquête de réattribution ancienne, je souhaitais dans ce billet attirer l’attention sur d’autres objets conservés au Musée Muséum départemental de Gap, lesquels pourraient également provenir de la découverte de Veynes, et contribueraient ainsi à reconstituer cet ensemble. Il s’agit de 3 appliques hémisphériques à bélière et de 3 anneaux provenant de la collection Jaubert, et sensés avoir été découverts à Embrun (fig. 2). Ils correspondent en effet parfaitement aux descriptions données par F. Vallentin. Les 3 appliques s’accordent ainsi avec le signalement de « petites calottes de bronze très-minces, dans l’intérieur desquelles on a soudé de petits anneaux d’attache », comparées à celles du dépôt de Réallon. Concernant les anneaux, trois types en sont décrits. Les trois premiers, « plats d’un côté, […] fondus dans un moule ouvert » pourraient correspondre à un exemplaire effectivement obtenu dans un moule univalve.  Le quatrième, qui comporte « une partie saillante qui devait le rattacher à un autre objet », devait désigner une pièce qui conserve une trace nette de son canal de coulée. Enfin, le cinquième anneau, présentant, contrairement aux autres, « un rebord épais » de chaque côté, peut se rapporter au seul exemplaire à section losangique obtenu dans un moule bivalve.

Ensemble des objets attribuable au dépôt de Quartier de Glaisette à Veynes conservés au Musée de Gap.

Fig. 2 : Ensemble des objets attribuables au dépôt de Quartier de Glaisette à Veynes conservés au Musée de Gap. Cliché T. Lachenal.

L’argument le plus convaincant pour attribuer ces objets au dépôt de Veynes, tient cependant de leur provenance de la collection Jaubert, dont sont également issues les pendeloques lancéolées. A la suite d’une enquête réalisée dans les archives du Musée de Gap, il ressort que celle-ci a été acquise pour le Musée le 15 novembre 1883 par la Société d’Etudes des Hautes-Alpes, consécutivement à un don de Mme Jaubert, veuve du premier président de cette société. L’ensemble comprenait quelques objets paléontologiques, préhistoriques, antiques et modernes, ainsi que des bracelets de la sépulture protohistorique d’Aspres-les-Veynes, également décrite par F. Vallentin en 1878, et naturellement les éléments de parure en bronze sur lesquels porte cette note. Ces derniers sont assez clairement identifiés comme un lot dans le premier registre des entrées, avec comme seule indication de provenance : « fouilles d’Aspres ». Cependant,  D.-S. Honorat à indiqué lors de l’acquisition de ces objets, dans le Bulletin de la Société d’Etudes des Hautes-Alpes de 1884, qu’ils correspondaient bien à ceux décrits par F. Vallentin5. Cette identification se perd néanmoins dans les inventaires des collections du Musée. Dans les registres les plus anciens, la seule information reprise concerne l’appartenance à la collection Jaubert, et aucun lien n’est spécifié entre les pendeloques d’un côté, et l’ensemble d’appliques et d’anneaux de l’autre. D’autre part, l’indication selon laquelle ceux-ci proviendraient d’Embrun est plus récente. Elle n’apparaît en effet que dans un registre datant de l’Entre-deux-guerres6. On peut donc raisonnablement conclure à un mélange de cartels, probablement avec « une vieille clef […] ; et une boucle » de la collection Jaubert provenant effectivement d’Embrun7. L’absence de signalement de découverte d’objets de ce type sur la commune d’Embrun tendrait par ailleurs à confirmer mes soupçons.

Objets attribuable au dépôt de Quartier de Glaisette à Veynes. CNRS / CCJ - Ch. DURAND

Fig. 3 : Objets du dépôt de Quartier de Glaisette à Veynes. CNRS / CCJ – Ch. DURAND.

L’ensemble des informations disponibles permet donc de proposer un rattachement de la totalité des artefacts de l’âge du Bronze issus de la collection Jaubert et conservés au Musée Muséum départemental de Gap, à un même dépôt : celui du Quartier de Glaisette à Veynes (fig. 3). Les caractéristiques typologiques de cet ensemble permettent de le dater de la fin de l’âge du Bronze. Le faible nombre d’éléments qui le composent le démarque néanmoins des autres dépôts contemporains connus dans les Alpes méridionales. Il conviendra donc également de s’interroger sur son intégrité, et de se demander à ce titre si toute la découverte a bien été acquise par M. Jaubert.

Au terme de cette enquête, une question reste toutefois en suspens : d’où viennent les autres objets attribués par J.-C. Courtois, concomitamment aux pendeloques de Veynes, au dépôt de Ribiers (Hautes-Alpes) (fig. 4). A la lumière des éléments que nous venons de voir, il paraît difficile de conserver cette provenance pour les autres éléments de parure. Ces derniers ne correspondent, par ailleurs, en aucun point aux descriptions connues du dépôt de Ribiers.

Les recherches sur cette question se poursuivent et feront l’objet d’un prochain billet…

Parures du Musée de Gap attribués par erreur au dépôt de Ribiers. CNRS / CCJ - A. CHENE et Ph. FOLIOT.

Fig. 4 : Parures du Musée de Gap attribués par erreur au dépôt de Ribiers. CNRS / CCJ – A. CHENE et Ph. FOLIOT.
  1. VIGNARD J., 1960. A propos d’une trouvaille de l’Age du Bronze faite à Veynes, Bulletin de la Société Préhistorique Française, LVII, 9-10, p. 590-591. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1960_num_57_9_3515 []
  2. COURTOIS J.-C. 1957. Objets de l’Age du Bronze trouvés dans le département des Hautes-Alpes, Gallia, XV, 1957, 3, p. 63-78. []
  3. VALLENTIN F., 1878. Trouvailles de bronze dans les Hautes-Alpes à Aspres-les-Veynes et à Veynes, Matériaux pour l’histoire Primitive et Naturelle de l’Homme, IX, p. 187-189. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4453261/f192 []
  4. MÜLLER A., 1991, L’âge du Bronze dans les Hautes Alpes. In: Archéologie dans les Hautes-Alpes : le musée départemental de Gap, Gap, p. 103-129. []
  5. Bulletin de la Société d’études des Hautes-Alpes, 1884, p. 88 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5700711w/f88 []
  6. Les dates qui y sont annotées sont comprises entre 1919 et 1933. []
  7. Idem note 5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5700711w/f88 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *