Un fragment inédit du dépôt du Pigier (Guillestre, Hautes-Alpes)

Fig. 1 : fragment de tablier articulé récemment acquis par le Musée de Gap. Cliché T. Lachenal.

Un objet inédit acquis par le Musée de Gap

Le Musée de Gap a acquis récemment, par l’intermédiaire d’une donation, un fragment d’objet articulé en bronze, jusque-là conservé dans une collection particulière (fig. 1). Ce dernier se compose de trois éléments, lesquels sont reliés entre eux par cinq maillons plats dont trois sont ornés de lignes incisées. Il s’agit d’un anneau à section lenticulaire, d’une barrette constituée de deux anneaux circulaires de section losangique (peut être trois à l’origine) et d’une seconde barrette faite de deux anneaux rectangulaires de section triangulaire.

Un fragment manquant du tablier du Pigier ?

Ce fragment présente des analogies manifestes, jusque dans ses caractéristiques physiques (couleur de la patine des différents éléments le constituant), avec la célèbre « ceinture » – ou plus vraisemblablement le tablier articulé – du dépôt du Pigier à Guillestre (Hautes-Alpes) (fig. 2).

Fig. 2 : Objets du dépôt du Pigier (Guillestre, 05). CNRS / CCJ – A. CHENE et Ph. FOLIOT.

La barrette rectangulaire, notamment, est en tout point semblable à la première maille du tablier du Pigier (fig. 3). Les deux maillons plats, ornés d’incisions, rattachés à cet élément sont également similaires à la plupart des attaches de la parure de Guillestre. De même, la présence d’une barrette à deux anneaux circulaires, brisée à une extrémité, rappelle le dispositif de terminaison du côté droit de cet objet (fig. 2). Il me semble donc évident que ce fragment inédit correspond à l’extrémité gauche de la ceinture du Pigier.

Fig. 3 : Détail du tablier articulé du dépôt du Pigier (Guillestre, 05). CNRS / CCJ – A. CHENE et Ph. FOLIOT.

La partie qui en était déjà connue (fig. 2) est constituée de 15 barrettes, dont  12 semblables se composant d’anneaux ovales jointifs. Comme nous venons de le voir, parmi les autres barrettes, deux sont comparables à celles du fragment inédit. La troisième, enfin, est célèbre pour la présence d’un décor localisé sur sa tige centrale, que l’on peut interpréter comme deux protomés ornithomorphes (fig. 3). Le caractère particulier de cet élément m’avait fait me demander s’il ne constituait pas le point central de la parure, se plaçant sur le devant ou plus probablement le derrière du corps lorsqu’elle est portée. En effet, on retrouve sur le tablier du dépôt de la Loubière à Bénévent-et-Charbillac (Hautes-Alpes), un dispositif constitué de deux pendeloques superposées, qui se retrouvent justement au milieu du dos lorsque l’objet est revêtu, ainsi que le faisait remarquer J.-C. Courtois1.

Le tablier de Guillestre me semblait en effet trop petit pour être entier : il mesure 52 cm de long, contre 91 cm à la Loubière. La redécouverte d’un fragment de cette parure vient confirmer cette impression. En imaginant que la barrette ornée de têtes d’oiseau marin soit bien au milieu de l’objet, il est possible d’imaginer une composition en deux parties égales, avec les 12 barrettes à anneaux ovales d’un côté et 12 autres hypothétiques barrettes à anneaux rectangulaires (semblables à celle du fragment et à la première du tablier) de l’autre. Aux deux extrémités, on retrouverait alors les barrettes sectionnées à anneaux circulaires. On remarque également que la pendeloque qui est attachée à la barrette rectangulaire est différente des autres. Elle présente en effet une forme qui tend vers le triangle et un décor d’un autre type (fig.  2 et 3). Il est donc possible qu’une asymétrie se retrouve aussi dans la morphologie des pendeloques. Cette restitution permet de proposer une longueur originelle de 90 cm à 1 m, proche de celle de la parure de la Loubière. Selon moi (et d’autres auteurs comme S. Verger), ces parures étaient portées sur les hanches. Voilà pourquoi je préfère les désigner par le terme de tablier et non de ceinture, pourtant plus largement répandu. Compte tenu de leur dimension, on peut imaginer que ces objets étaient destinés à de jeunes filles ou de jeunes femmes.

Fig. 4 : Mise en scène des objets du dépôt du Pigier (Guillestre, 05). CNRS / CCJ – Ch. DURAND.

Conséquences sur l’analyse du dépôt du Pigier

Ce nouvel élément vient compléter le tablier du Pigier, mais il en manque encore une grande partie. On peut donc supposer que d’autres fragments, voire d’autres objets du dépôt, sont encore dispersés dans des collections privées.

Le dépôt de Guillestre est pourtant l’un de ceux pour lesquels nous disposons des meilleures informations sur les conditions de découverte. Celles-ci ont été rapportées par J. C. Courtois dans le Bulletin de la Société Préhistorique française2. Le dépôt a ainsi été mis au jour fortuitement par V. Bonnafoux lors de travaux de réfection du canal d’irrigation dit « de Risoul » ou « de Chagne », à proximité de la limite des territoires de la commune de Vars et de Guillestre (05). Le lieu exact de la découverte a pu être localisé par J.-C. Courtois trois ans plus tard et il semblerait que les objets reposaient sous un petit tertre de pierre, à quelques mètres en aval de la prise du canal, au bord du torrent de Chagne. Le dépôt, tel qu’il fut porté à sa connaissance, comprenait le tablier articulé, un bracelet ouvert et une phalère richement décorée (fig. 2 et 4). La découverte a visiblement été rapportée à la communauté scientifique par l’Abbé J. Prieur, chargé de cours aux Facultés Catholiques de Lyon et professeur au Collège Libre de Saint-Jean-de-Maurienne, qui en fit part à A. Bruhl et J. Combier, respectivement directeurs des Antiquités Historiques et Préhistoriques de Grenoble.

Il n’y avait alors jusqu’à présent pas lieu de croire que seule une partie de la découverte avait été déclarée à l’époque. C’est pourtant ce que suggère le fragment donné au Musée de Gap. Dès lors, il convient de considérer l’assemblage constitué par ce dépôt avec prudence. En effet, par plusieurs aspects, sa composition diffère de celles des autres ensembles ayant fourni des parures articulées, comme ceux de la Loubière, des Truquets à Réallon (Hautes-Alpes), du Jas-de-Bernard à Moriez ou de Saint-André-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence). Ces derniers comprennent en effet un équipement plus riche, avec de nombreuses appliques et des parures de cou. De même, les phalères ne sont jamais représentées par un unique exemplaire.

Le dépôt du Pigier à Guillestre pourrait donc être un ensemble tronqué. Si ma théorie est la bonne, les inconnues sont toutefois nombreuses et sa reconstitution intégrale semble du domaine de l’impossible. On peut par exemple imaginer que le dépôt fut partagé entre plusieurs personnes au moment même de sa découverte. Le don fait au Musée de Gap, réalisé qui plus est par un intermédiaire, constitue toutefois une première piste à suivre non négligeable.

  1. Courtois, J.-C., 1960. L’Age du Bronze dans les Hautes-Alpes. Gallia préhistoire, 3(1), pp. 47-108. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galip_0016-4127_1960_num_3_1_1167 []
  2. Courtois, J.-C., 1960. Une nouvelle parure de la fin de l’âge du Bronze découverte dans les Hautes-Alpes (Canton de Guillestre). Bulletin de la Société préhistorique française, 57(3), pp. 164-168. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1960_num_57_3_3448 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *