À propos

Ce carnet de recherche est un support du PCR Les dépôts d’objets en bronze protohistoriques de la région PACA.

Un récent inventaire des dépôts d’objets en métal cuivreux découverts dans la région PACA (D. Garcia, Les dépôts d’objets en bronze protohistoriques en Provence-Alpes-Côte d’Azur : un état de la question. DocArchéoMérid, 26, 2003, p. 377-384) avait mis en avant la forte disparité géographique de ce phénomène.

Sur 36 dépôts d’objets découverts, 27 sont localisés dans les trois départements alpins, 16 pour les seules Hautes-Alpes. Les zones méditerranéennes, pourtant densément occupées durant les âges des Métaux, n’ont livré que peu d’ensembles. Cette répartition spatiale des dépôts ne peut être seulement due au hasard des découvertes. Les secteurs montagneux –lieux de passage, d’extraction du minerai et/ou propices à des pratiques cultuelles spécifiques- devaient être des espaces privilégiés de déposition. On notera cependant que si les découvertes ont été le plus souvent réalisées dans des zones d’altitude (à plus de 1000 m, parfois jusqu’à 2000 m), il s’agit le plus souvent de secteurs accessibles, proches des voies de communications naturelles et qui étaient encore exploités à des fins agricoles au XIXe s. L’habitat de ces régions est encore mal connu mais de nombreuses sépultures ont souvent été repérées à proximité de ces découvertes. La présence de ces dépôts s’explique certainement davantage dans le cadre d’un système économique, culturel et social du milieu montagnard que dans une appréhension globale des sociétés protohistoriques de la Celtique méditerranéenne dans laquelle ces ensembles constitueraient un phénomène périphérique.

D’un point de vue chronologique, l’ensemble de l’âge du Bronze est représenté à l’exception du Bronze moyen auquel aucun dépôt ne peut réellement être rattaché, si ce n’est l’assemblage d’aiguilles de Cheval-Blanc (Vaucluse). Les dépôts du Bronze ancien sont peu nombreux et appartiennent à la deuxième phase de cette période. On peut citer le cas d’Avançon (Hautes-Alpes) et de Solliès-Pont (Var) qui associent tous deux haches plates à légers rebords de type Neyruz et des poignards à manche massif et décors gravés de type rhodanien. Les bracelets de Saint-André-de-Rosans (Hautes-Alpes) ou ceux de Clans et de Nice (Alpes-Maritimes) permettent d’illustrer des ensembles du Bronze final I. Pour le Bronze final II, le petit dépôt de Biot (Alpes-Maritimes) -qui contenait une hache à talon à bords droits et un bracelet- est le lot le plus caractéristique. La majorité des dépôts appartient au Bronze final III. Certains dépôts contenant du mobilier de l’extrême fin du Bronze final III –ou plus généralement du VIIIe s. avant J.-C.- ont sans doute été enfouis au début de l’âge du Fer comme celui de Saint-Véran (Hautes-Alpes). Cependant, force est de constater ce que la Provence se démarque très fortement du phénomène de déposition du premier âge du Fer constaté à l’ouest du Rhône, notamment en Languedoc. La fonction de ces dépôts reste souvent incertaine : on peut cependant reprendre les deux principales hypothèses généralement avancées. Lorsque le dépôt regroupe des pièces neuves ou en état de servir, on imagine que ces objets ont été cachés lors d’une période troublée ou alors qu’ils étaient destinés à la vente. Quand les objets sont usés, mal venus à la fonte ou brisés, on suppose que le dépôt était destiné à la refonte. La première hypothèse peut être illustrée par les lots découverts à Bénévent, Réallon/Les Truquets ou Savournon (Hautes-Alpes). Les objets sont intacts et reflètent parfois une activité métallurgique locale. La seconde proposition peut être illustrée par des dépôts tels que Clans (Alpes-Maritimes), Ribiers ou Villar-d’Arêne (Hautes-Alpes) dans lesquels les pièces déformées ou hors d’usage sont nombreuses. Si quelques cas demeurent problématiques -car composés d’ensembles mixtes comme à l’Epine (Hautes-Alpes) ou Saint-André-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence) par exemple- ces hypothèses traditionnelles ne doivent pas être trop vite écartées. L’analyse de l’ensemble du mobilier métallique découvert dans les Alpes méridionales –en particulier celui mis au jour dans les sépultures- reflète le dynamisme et l’originalité de la métallurgie locale à la fin de l’âge du Bronze dont les torques à extrémités enroulées, les bracelets de type Réallon et les ceintures articulées ne sont que les exemples les plus remarquables. On notera cependant la quasi-absence de pièces pouvant être identifiées à des lingots qui illustreraient clairement –comme c’est souvent le cas dans les dépôts launaciens du Languedoc- un stockage de matière première destinée à la fabrication d’objets sur place ou à un commerce plus lointain. Le caractère cultuel de certaines découvertes peut également être évoqué, en particulier pour les objets découverts dans des lieux remarquables : cols alpins, sources. C’est notamment le cas du dépôt mis au jour près du col de Dévolluy (Savournon, Hautes-Alpes) ou de la source du Bouquet (Moriez, Alpes-de-Haute-Provence). Enfin, comme cela a été proposé par S. Verger (1992), certains dépôts pourraient être des substituts de tombes. Dans notre région, cette hypothèse paraît plus probante pour le début de l’âge du bronze que pour la fin de cette période. En effet, les assemblages de haches plates à légers rebords de type Neyruz et des poignards à manche massif et décors gravés de type rhodanien dans les dépôts d’Avançon (Hautes-Alpes) ou de Solliès-Pont (Var), tout comme dans celui –relativement proche- de Lorval dans la Drôme, trouvent des rapprochements avec le mobilier métallique de tombes contemporaines comme celle de Sion-Petit Chasseur en Suisse ou, plus proche géographiquement, celle de la Roche de Rame (Hautes-Alpes).

Enfin, la découverte récente d’un lot important d’objets en bronze dans une sépulture à incinération à Savines (Hautes-Alpes) montre que certains « dépôts » sont très probablement des lots de mobiliers funéraires pour lesquels les sépultures n’ont pas été identifiées.

Ce PCR qui associe chercheurs, conservateurs et étudiants vise à dresser un inventaire complet de ces ensembles et de leur contenu, d’en établir une analyse typo-chronologique précise, et vient appuyer un projet d’exposition prévue au Musée Muséum départemental, Gap (Hautes-Alpes).